Nationalisation de l’industrie pharmaceutique

Nous ne pouvons pas laisser notre santé entre les mains de personnes pour qui le seul objectif est de gagner de l’argent. Je vais illustrer mon propos avec un exemple concret dont j’ai été le témoin.

Il y a de cela quelques années, j’ai eu l’occasion de travailler au cours d’une mission pour une grande compagnie pharmaceutique internationale (à l’étranger). J’ai travaillé notamment sur les provisions pour risques et charges. Une partie de ces provisions étaient censées couvrir des coûts nécessaires pour dépolluer certains sites (utilisés ou à l’abandon). Certaines de ces provisions étaient anciennes, sans qu’aucune dépense ne soit engagée. Une en particulier mentionnait le risque qu’une nappe phréatique ait été contaminée…

Quand je leur ai demandé pourquoi aucune dépense n’était engagée, ils m’ont répondu en gros qu’ils nettoieraient ces sites quand on leur demanderait, mais qu’ils ne prenaient pas eux-mêmes l’initiative de dépenser leurs précieux sous! Pas vu pas pris! Ça m’a sidéré mais je n’ai rien dit…

Alors imaginons le scénario suivant. Un scientifique découvre dans le laboratoire d’une de ces compagnies un remède miracle, économique, et qui rend obsolète plusieurs médicaments phares de cette compagnie. En gros, ce nouveau médicament va révolutionner la médecine mais les ruiner. Que pensez-vous qu’ils feront? Il ne verra jamais le jour bien sûr, jamais ils ne se sacrifieront pour le bien de la majorité.

La nécessité de nationaliser tout le secteur de la santé ne fait aucun doute à mes yeux. Les difficultés seront nombreuses: financières d’abord, il faudra faire des arbitrages qui feront mal, organisationnelles ensuite, car il faudra créer une nouvelle race de fonctionnaires plus sensibles aux questions de rendement et de rentabilité, mais le risque en vaut la chandelle.

Je ne vais même pas commencer avec EDF et le secteur nucléaire – Pensez-y.

Cette entrée a été publiée dans Votez pour moi. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Nationalisation de l’industrie pharmaceutique

  1. Maximus dit :

    Ban, plus j’y pense et plus je me dis qu’il y a du boulot pour contraindre le pouvoir de l’argent à se mettre au service du bien commun…
    Tant au niveau de la santé qui a désormais un coût tout comme la vie a un prix !
    Tant au niveau de l’énergie où l’on voit un traître, idéal suppôt des apprentis sorciers quitter les plateaux de télé, fulminant et rageur devant le contradicteur.
    Oui Ban, il faudra recruter une nouvelle race de fonctionnaires intègres et incorruptibles.
    Ces Elliott Ness ne sont , à l’évidence, que des dinosaures que l’on peu parfois apercevoir dans le lac du même nom…
    Travaillant chez Mammouth, j’en croise encore parfois quelques uns qui commencent à fatiguer.
    Faisons en sorte que 2012 ne soit pas l’année de leur brutale extinction, ni celle de l’expiration du souffle qui les anime, ni celle de leur dernier souffle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>